• Petite promenade en Saône-et-Loire.

     

    Promenade entre deux roches

    La Roche de Solutré.

     

    Promenade entre deux roches

    La Roche de Vergisson.


    4 commentaires
  • L'église Saint-Pierre de Brancion

     

    Cette église romane date du XIIème siècle.

    Elle est édifiée en pierre de taille assemblée en appareil irrégulier et recouverte de lauzes. Elle possède un chevet constitué d'une abside percée de trois fenêtres cintrées et de deux absidioles semi-circulaires rythmées par des pilastres plats.

    La croisée du transept est surmontée d'un clocher percé au dernier étage sur chaque face d'une baie cintrée et abritant une cloche de 265 kilos fondue en 1963.

     

    L'église Saint-Pierre de Brancion

     

    Elle fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis 1862.

     

    L'église Saint-Pierre de Brancion

     

    A l'intérieur, l'église est ornée de très belles fresques datant du XIIIème siècle. Elles sont restaurées à la fin des années 1930. Les peintures les plus abîmées sont transposés sur toile.

     

    L'église Saint-Pierre de Brancion

    Mise au tombeau.

     

    L'église Saint-Pierre de Brancion

    Christ en Majesté. Apôtres.

     

    L'église Saint-Pierre de Brancion

    La résurrection des morts.

     

    L'église Saint-Pierre de Brancion

    Abraham et la pesée des âmes.

    Gisant de Josserand IV de Brancion décédé en 1250 : pierre sculptée du XIIIème siècle représentant un chevalier couché revêtu d'un " sarrau d'armes " recouvrant une cotte de mailles serrée par un ceinturon où est attachée une épée. Le gisant a les mains jointes sur la poitrine, un chien est couché à ses pieds, deux anges sont agenouillés de chaque côté de sa tête.

     

     


    3 commentaires
  • Le château de Brancion

     

    Brancion est la plus importante place forte de Bourgogne du Sud. La première mention du château remonte au milieu du Xème siècle. Détenu par la famille Garoux, il échoie deux siècles plus tard à la famille Gros qui réunit alors les seigneuries d'Uxelles et de Brancion. Aux XIIème et XIIIème siècles, la seigneurie est prospère. Forts de leur position stratégique, les seigneurs de Brancion, les plus puissants de la région, sont souvent en conflit avec les moines de Cluny. En 1250, Josserand de Brancion, compagnon de saint Louis, meurt en croisade à la bataille de La Mansourah ( Egypte ). Ruinés, les Brancion vendent leurs possessions les unes après les autres. Le duc de Bourgogne, Hugues IV, finit d'acheter les domaines en 1259.

    Dès lors, Brancion devient châtellenie ducale et entre la fin du XIIIème et le XVème siècle, les ducs font faire de nombreux travaux en construisant notamment le logis de Beaujeu.

    En 1477, à la mort de Charles le Téméraire, la majeure partie du duché de Bourgogne réintègre le domaine royal et Brancion devient le siège d'une châtellenie royale.

    Brancion a la particularité d'offrir une évolution de l'architecture castrale, de l'époque carolingienne aux guerres de religion au cours desquelles le château tombe pour la première fois de son histoire en 1594. Dès lors son déclin commence. En 1860, le comte Victor de Murard de Saint Romain achète les ruines et les relève.

    L'Association La Mémoire Médiévale veille depuis 1972 à la préservation et au rayonnement du site de Brancion.

     

    Le château de Brancion

     

    La tour de Beaufort.

     

    Le château de Brancion

     

    La salle des assises.

    A l'époque ducale ( 1259-1477 ), elle sert de salle du tribunal.

     

    Le château de Brancion

    Le château de Brancion

     

    La salle Sainte-Catherine.

    Elle est remaniée dans la première moitié du XIXème siècle, notamment par le percement de deux grandes fenêtres.

     

    Le château de Brancion

    Dans la niche extérieure, statue de Catherine d'Alexandrie ( 289-307 ), vierge et martyre.

     

    Le château de Brancion

    Cheminée monumentale portant le blason de Charles le Téméraire.

     

    La tour de la Chaul.

    Tour de flanquement de l'enceinte méridionale du château.

     

    Le château de Brancion

     

    Le logis de l'An Mil.

    Un des vestiges les plus anciens.

     

    Le château de Brancion

     

    La tour de Longchamps.

     

    Le château de Brancion

     

    Le donjon.

    D'environ 18 mètres de haut, symbole visible de l'autorité seigneuriale, il permet de surveiller l'ouest ( vers le village ) et le nord ( accès au château ).

     

    Le château de Brancion

     

    Il a perdu l'intégralité de ses éléments défensifs et d'importantes restaurations sont effectuées à la fin du XIXème siècle.

     

    Le château de Brancion

     Cheminée ( XIVème siècle ) avec les armes de Brancion.

    Le château de Brancion

    Linteau de la cheminée sur lequel est reproduit un extrait de l'ouvrage de Jean de Joinville qui conte la mort Josserand.

    Le château de Brancion

     Peinture murale illustrant le départ de Josserand de Brancion à la croisade.

     

    Le logis de Beaujeu.

     

    Le château de Brancion

    Le château de Brancion

     

    La tour du Préau du XIIème siècle.

     

    Le château de Brancion

    Le château de Brancion

     

    Le village vu du château.

     

    Le château de Brancion

     

    La halle du XVIIème ou XVIIIème siècle.

     

    Le château de Brancion

     

    Le puits.

     

    Le château de Brancion

     

    Dimanche, je vous présenterai l'église Saint-Pierre.


    2 commentaires
  • Commençons le récit de mes vacances par la journée en Bourgogne en compagnie de Gwenaëlle et Thomas.

     

    En début d'après-midi, bain de fraîcheur dans les grottes d'Azé.

    Les grottes d'Azé situées sur la commune éponyme intègre la grotte parcourue par une rivière souterraine appelée " source de la Balme de Rizerolles " et la grotte préhistorique appelée " grotte de la Balme de Rochebin ".

    C'est un site préhistorique classé qui couvre une période allant de 250000 à 10000 ans avant notre ère.

     

    La rivière souterraine.

    Elle sculpte inlassablement la roche.

     

    Les grottes d'Azé

     

    Les grottes d'Azé

    La cascade.

     

    Les grottes d'Azé

      

    Les grottes d'Azé

    Calcaire marneux ( bafocien ) à zones rubéfiées ( dépôts marins d'oxyde de fer ).

    Chailles mis en relief par la dissolution du calcaire.

     

    Les grottes d'Azé

     

    Les grottes d'Azé

     

    La grotte préhistorique.

     

    Les grottes d'Azé

    Stalagtites.

     

    Les grottes d'Azé

    Stalagmite.

     

    La salle des ours où des milliers d'ossements attestent du séjour des femelles venues mettre bas pendant l'hiver aux périodes glaciaires.

      

    Les grottes d'Azé

     Squelette reconstitué.

     

    Les grottes d'Azé

    Crâne d'un lion des cavernes prédateur des ours.

     

     


    4 commentaires
  • Sa construction s'échelonne de la fin du Xème siècle jusqu'au début du XIIème.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    La nef et sa voûte en berceaux transversaux et ses arcs à double rouleaux et à deux couleurs.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    Le choeur.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    Son orgue, un Cavaillé-Coll date de 1864.

     

    L'orgue de tribune de 1629 orné d'anges soutenu par un Hercule.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    La chaire du XIXème siècle.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    La crypte.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

     

    Le logis abbatial construit par Jean de Toulonjon, abbé de Tournus ( 1471-1498 ).

     

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.

    L'église abbatiale Saint Philibert à Tournus.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique