• Le mal de vivre

     

    Pour mes amis.

     

    Ca ne prévient pas, ça arrive

    Ca vient de loin

    Ca s'est traîné de rive en rive

    La gueule en coin

    Et puis un matin, au réveil

    C'est presque rien

    Mais c'est là, ça vous ensommeille

    Au creux des reins.

     

    Le mal de vivre

    Le mal de vivre

    Que l'on doit vivre

    Vaille que vivre.

     

    Le mal de vivre

     

    On peut le mettre en bandoulière

    Ou comme un bijou à la main

    Comme une fleur en boutonnière

    Ou juste à la pointe du sein

    C'est pas forcément la misère

    C'est pas Valmy, c'est pas Verdun

    Mais c'est des larmes aux paupières

    Au jour qui meurt, au jour qui vient.

     

    Le mal de vivre

    Le mal de vivre

    Que l'on doit vivre

    Vaille que vivre.

     

    Le mal de vivre

     

    Qu'on soit de Rome ou d'Amérique

    Qu'on soit de Londres ou de Pékin

    Qu'on soit d'Egypte ou bien d'Afrique

    Ou de la porte Saint-Martin

    On fait tous la même prière

    On fait tous le même chemin

    Qu'il est long quand on doit le faire

    Avec son mal au creux des reins.

      

    Le mal de vivre

     

    Ils ont beau vouloir nous comprendre

    Ceux qui nous viennent les mains nues

    Nous ne voulons plus les entendre

    On ne peut pas, on n'en peut plus

    Et tous seuls dans le silence

    D'une nuit qui n'en finit plus

    Voilà que soudain on y pense

    A ceux qui n'en sont pas revenus.

     

    Du mal de vivre

    Leur mal de vivre

    Qu'ils devaient vivre

    Vaille que vivre.

     

    Le mal de vivre

     

    Et sans prévenir, ça arrive

    Ca vient de loin

    Ca s'est promené de rive en rive

    Le rire en coin

    Et puis un matin, au réveil

    C'est presque rien

    Mais c'est là, ça vous émerveille

    Au creux des reins.

     

    Le mal de vivre

     

    La joie de vivre

    La joie de vivre

    Oh, viens la vivre

    Ta joie de vivre.

     

    Le mal de vivre

      

    Barbara. 1964.

     

    Cette chanson plus optimiste qu'il n'y paraît, je l'ai écoutée en boucle il y a quelques mois. Elle me fait, encore aujourd'hui, monter les larmes aux yeux ( comme beaucoup de chansons de Barbara par ailleurs ).

    Je la dédicace à vous tous qui, parfois, avez le mal de vivre. Même au plus profond de la souffrance, il faut garder l'espoir, la joie de vivre peut revenir. Avoir eu le mal de vivre rend souvent la joie de vivre plus forte.

    Je finirai par une très belle citation de William Shakespeare.

    " Une chute profonde mène souvent vers le plus grand bonheur ".

     

    Vous avez aimé mon article ? Venez découvrir

    Traces de vie, l'enfance

     

    « Hors saisonCréations d'enfants pour les 27èmes Entretiens de Belley »

  • Commentaires

    11
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 07:55

    Bonjour

    parfois dés le réveil nous sommes épris de ce mal de vivre,a dire vrai,je l'ai eu pendant des annéesne voulant et ne cherchant aucun but a ma vie...mais aprés quand on parle de ce contexte de suite les mots viennent"dépression"...c'est un tort car le mal de vivre n'est pas une dépression,juste une réalité face a la vie..et puis parfois ,on remonte la pente...comme le vent chasse les nuages

    bisous

    10
    Dimanche 13 Octobre 2013 à 07:13

    Bonjour Nathie

    Quand on est au fond du gouffre on a plus qu"une solution se relever et remonter , au bout du tunnel il y a la lumière, ton article est très bien pensé et très bien illustrté

    bon dimanche

    bisous

    marie

    9
    Samedi 12 Octobre 2013 à 22:01

    De lire ces paroles, on comprend que tu as beaucoup souffert Nathie. J'ai eu un moment peur que tu ne replonges en lisant le début mais la fin m'a soulagée. J'ai eu l'occasion d'aller applaudir Barbara, j'adore. Elle habitait dans le 20ème arrondissement à deux rues de chez moi dans les années 60 mais j'étais gamine et Barbara pas encore assez connue. Je l'ai écoutée ici à Compiègne bien des années plus tard, peu avant sa mort d'ailleurs. Elle vous retournait comme une crêpe, surtout quand on connait un peu son histoire. Merci pour ce billet, bisous Nathie. EVELYNE

    8
    Samedi 12 Octobre 2013 à 20:35

    j'aime ton positivisme.....

    j'aimerai l'avoir

    gros bisous

    patricia

    7
    Samedi 12 Octobre 2013 à 17:42

    Bonjour, je suis venu voir ton blog, par hasard, je ne savait pas son existence.

    Je reviendrai J'ai beaucoup aimé.

    Cordialement.

    6
    Samedi 12 Octobre 2013 à 14:15

     BONJOUR et merci de ton passage chez moi !! ici de beaux textes ,de belles images de nature ,quelques bonnes recettes pour les papilles !! tout ce que j'aime et comme dirait un juge d'une émission télé diffusée ce soir !!! J'achètettttttttttttttttttttttttttte  elvy

    5
    Samedi 12 Octobre 2013 à 10:29

    Optimiste, oui, si on l'écoute jusqu'au bout !!!

    4
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 21:15

    une très grande chanteuse que j'aime beaucoup

    3
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 20:11

    ne jamais désespérer et y croire très très fort, car après la pluie, le soleil revient tout le temps; Courage à ceux et à celles qui passent par là, j'ai été l'une d'lle.

    manouedith

    2
    misnel
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 20:01

    c'est trés beau ..et j'aime surtout la fin cette note optimiste car quoiqu'il arrive un jour prochain le soleil brille a nouveau !!!bravo bisous

    1
    Krystine01
    Vendredi 11 Octobre 2013 à 13:59

    merci.........

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :