• Le pont inachevé (1)

    Annecy

     

     

     

    Vous connaissez le village de Duingt, sur les bords du beau lac d’Annecy ? En face de Duingt, sur la rive opposée du lac, donc, s’élève Talloires.

    Jadis, le baron Jacques III, Seigneur de Duingt, fastueux seigneur comme tous ceux de Savoie, donnait en son château des fêtes splendides et y conviait son vis-à-vis le seigneur de Talloires.

    Puis, tout changea. Un deuil affreux étreignait le coeur de Jacques III. Le lac lui avait ravi sa fille un jour que, malgré la tempête menaçante, elle avait voulu faire une promenade en barque. La barque s’était retournée. Les flots avaient englouti la belle téméraire.

    En proie au désespoir, le baron fit serment de ne jamais plus voguer sur ces eaux qui étaient la tombe mouvante de son enfant bien-aimée.

    Tous les gens de sa cour, réglant leur conduite sur celle du Maître, l’imitèrent. Du plus noble d’entre eux au dernier des serviteurs, vous n’en eussiez décidé aucun à s’aventurer sur le lac.

    Il en résulta une grande gêne. Auparavant, il était facile de se rendre d’une rive à l’autre, ne fût-ce que pour une visite au seigneur de Talloires. Maintenant, il fallait contourner le lac et c’était toute une affaire.

    - Que n’édifiez-vous pas un pont ? suggéra, à son seigneur, un beau page ingénieux, qui avait nom Jehan.

    L’idée était bonne. Son exécution s’avérait plus compliquée. Un pont ! Le baron savait qu’il en existait de par le monde mais qui étaient l’oeuvre du diable. Il ne voulait pas d’un tel architecte !

    - Adressez-vous aux fées, Monseigneur ! dit le même page qui semblait fort désireux que l’accès chez les voisins d’en face redevînt aisé.

    Serait-il vrai qu’il courtisât la belle Ancilie, nièce du seigneur de Talloires ?

    Le baron devait en savoir quelque chose car il sourit finement, prévoyant que Jehan l’aiderait, de toute son habilité - qui était grande - à négocier avec les fées. Il accepta que le page se rendît en ambassadeur auprès de ces petites personnes - si charmantes pour qui sait gagner leur amitié.

     

    La suite demain.

     

     

    « Belley, les rues (3)Le pont inachevé (2) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    3
    Jeudi 10 Mars 2011 à 10:41
    Martine27

    Je dois dire qu'en commençant à voir le mot Pont, j'ai tout de suite pensé au diable !

    2
    Jeudi 10 Mars 2011 à 09:38
    Oo° Kri °oO

    Le titre laisse présager la fin ...mais je suis impatiente de découvrir la suite!

    Belle journée à toi

    1
    Jeudi 10 Mars 2011 à 05:11
    Anne d'AMICO

    J'adore les contes de fées!! En plus, ça se passe au Moyen-Âge!! Je languis la suite!

    Gros bisous Nathie!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :