• Pour la communauté " Le casse tête de la semaine ", envie de me faire plaisir. Normal, c'est le printemps.

     

    Commençons par un poème de Verlaine ( encore lui !!!! oui, je l'adore ).

     

    Impression de printemps.

     

    Il est des jours - avez-vous remarqué ? -100 0910
    Où l'on se sent plus léger qu'un oiseau,
    Plus jeune qu'un enfant, et, vrai ! plus gai
    Que la même gaieté d'un damoiseau.

    L'on se souvient sans bien se rappeler...
    Évidemment l'on rêve, et non, pourtant.
    L'on semble nager et l'on croirait voler.
    L'on aime ardemment sans amour cependant

    Tant est léger le coeur sous le ciel clair
    Et tant l'on va, sûr de soi, plein de foi
    Dans les autres, que l'on trompe avec l'air
    D'être plutôt trompé gentiment, soi.

    La vie est bonne et l'on voudrait mourir,
    Bien que n'ayant pas peur du lendemain, 100 0911
    Un désir indécis s'en vient fleurir,
    Dirait-on, au coeur plus et moins qu'humain.

    Hélas ! faut-il que meure ce bonheur ?
    Meurent plutôt la vie et son tourment !
    Ô dieux cléments, gardez-moi du malheur
    D'à jamais perdre un moment si charmant.

      

     

    Verlaine ( 1844-1896 ).

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     Je vous offre également ces quelques délicates fleurs de mon jardin. 

    

    100 0914 100 0920

    100 0921

     

    Avez-vous vu comme mes arbres sont beaux dans leurs habits printaniers ?

     

    100 0900 100 0902

     

    Moutons, vaches et chevaux sont au pré.

     

    100 0950

     

    100 0949 

    N'est-il pas adorable ?

     

    Allez, le meilleur pour la fin, une balade avec Gwen au bord du Rhône.

     

     

     

     

     


    8 commentaires
  • Quelques photos prises hier.

     

    Hiver 

    Hiver

     

    Mon jardin sous la neige.

     

    Hiver

     

    Hiver

     

    De la neige dans le ciel, sur les arbres et sur le sol.

     

    C'est beau, non ?

     

     

     

     

     


    1 commentaire
  • Chanson d'automne

    Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon coeur
    D'une langueur
    Monotone.

    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l'heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure

    Et je m'en vais
    Au vent mauvais
    Qui m'emporte
    Deçà, delà,
    Pareil à la
    Feuille morte.

     

    Paul VERLAINE   (1844-1896)

     

    L'automne est là.

     

    Les arbres ont revêtu leurs couleurs d'automne, jaune, orange et rouge sang.  

     

    DSCF3403 DSCF3409

     

    Les feuilles emportées par le vent jonchent le sol.

     

    DSCF3424 

     

    L'air est plus frais, le ciel plus gris, les jours raccourcissent.

     

    DSCF3417 DSCF3421

     

    Profitons des derniers instants, avant qu'il ne pleuve et que le grand froid s'installe. Allons nous promener. Profitons de la vie au grand air avant de profiter de notre foyer.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique