• Encore merci à vous toutes pour votre participation à mon anniblog.

    Deux photos sont en compétition pour la première place.

    Je vais donc vous solliciter à nouveau pour voter pour votre photo préférée.

    Vous avez jusqu'au 29 avril 0h00.

     

    1- L'homme au chapeau de paille

     

    9 ans ( 2 )

     

    2- Je suis un joli coeur.

     

    9 ans ( 2 )

     

    Pour voter, c'est

    ICI

    ( commentaires désactivés, cliquez sur le lien pour voter, merci ).

     

    Résultat de mon concours photos début de semaine prochaine.


  • Thibault Ier de Blois, dit Le Tricheur, fait bâtir vers 950 un donjon et une enceinte de protection. En 1212, Robert de Courtenay construit un nouveau château avec trois tours d'angle et une maison de gardien.

    Au début du XVIIème siècle, Philippe de Béthune ( 1565-1649 ), frère de Sully, fait construire une vaste demeure. En subsistent la galerie à oculi au dessus des douves et les deux pavillons.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Le château de Selles-sur-Cher

    Douves de 21 mètres de largeur.

     

    Inscrit aux monuments historiques en 1926, il est finalement classé en 1985.

    Le château est délaissé en 2002. En 2012, des bénévoles férus de patrimoine le sauvent de l'oubli. Ils le rénovent et l'ouvrent au public jusqu'à le faire apparaître à nouveau sur la liste des châteaux de la Loire.

     

    Deux architectures sont visibles: une partie dite château médiéval située à l'ouest et une partie du XVIIème siècle.

     

    Le pavillon Béthune, baptisé ainsi en l'honneur de son illustre propriétaire.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Le château de Selles-sur-Cher

    Porte du carillon surmontée de trois cloches servant d'horloge au XVIIème siècle.

    Fronton avec les armes de Philippe de Béthune.

    Le château de Selles-sur-Cher

    Mécanisme du carillon.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

     

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Le château de Selles-sur-Cher

     Les appartements du pavillon de Béthune.

     

     

    La galerie et ses sculptures.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

     

    Le parc.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Cèdre du Liban installé au XVIIIème siècle de 34,60 mètre de hauteur et 7,85 mètres de circonférence. Labellisé arbre remarquable de France le 30 mars 2016.

    Le château de Selles-sur-Cher

    Puits.

     

    Le château médiéval.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Porterie des offices : pavillon carré du XVIIème marquant l'entrée des communs coiffé d'un toit pyramidal analogue aux toits des pavillons Béthune et Sully, assurant ainsi la continuité architecturale.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Porte Jeanne d'Arc ( 1412-1431 ). C'est par cette porte datant du XIIIème siècle que passèrent Jeanne d'Arc et Charles VII à la tête d'une armée de 3000 hommes se portant au secours de la ville d'Orléans délivrée le 8 mai 1429.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Porte Henri IV ( 1553-1610 ). Porte du XVIIème siècle richement décorée " à la grecque " ( deux pilastres ioniques, une frise de rinceaux et un fronton ) empruntée par Philippe de Béthune pour accéder à ses appartements dits les " Pavillons Dorés ".

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Porte du Gueslin ( 1320-1380 ) par laquelle les serviteurs se rendaient au commun.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Tour du coq, vestige du XIIIème siècle.

     

    Le château de Selles-sur-Cher

    Le château de Selles-sur-Cher

    Appartements.


    1 commentaire
  • Propriété privée, il fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques depuis le 6 janvier 1926.

    Propriété de Regnault de Chémery ( 1236 ), il fut aussi celle de René de Beauvillier Comte de Saint-Aignant mais l'histoire du château est peu connue en raison de la destruction des archives à la Révolution.

    Doté de 600 hectares à la Renaissance, il est transformé en simple ferme en 1729 et la plupart des fenêtres murées ( pour limiter l'impôt foncier et permettre le stockage des céréales à l'étage ).

    Possession de la famille de La Roche Aymon jusqu'en 1970, il est acquis par Alain Souchon puis par l'architecte Axel Fontaine en 1981 qui en assure la restauration depuis.

     

    Le château de Chémery

     

    Le château est entièrement entouré par des douves enjambées par un ancien pont-levis au sud et une passerelle en bois à l'ouest.

     

    Le château de Chémery

    Le château de Chémery

     

    Petit rappel : C'est le dernier jour pour voter pour vos deux photos préférées.

    Résultat le 24 avril.

     

    Le château de Chémery


    1 commentaire
  • La grande salle.

     

    Le château de Talcy (2 )

    Cheminée du XVème siècle.

    Le château de Talcy (2 )

     

    L'office.

     

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

    Potager du XVIIème siècle.

     

    La cuisine.

     

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    L'antichambre.

     

    Le château de Talcy (2 )

    Armoire à griffes de lion, en bois d'acajou, du XVIIIème siècle.

     

    La chambre dite " de Charles IX ".

     

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

     

    La chambre dite " de Catherine de Médicis ".

    Chambre d'Isabelle Salviati rappellant comme la chambre précédente le passage du jeune roi Charles IX et de sa mère Catherine de Médicis en 1562 à l'entrevue de Talcy entre catholiques et protestants.

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    Le cabinet.

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    La chambre du Général Chanzy.

    Chef de la deuxième armée de la Loire lors de la guerre de 1870 face aux Prussiens, il fit de Talcy son quartier général.

     

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

     

    Le cabinet de toilette.

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    La chambre des demoiselles.

    Aménagée vers 1835 pour les deux filles d'Albert Stapfer, Valentine et Mathilde.

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    Le cabinet Stapfer.

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    Le petit salon.

     

    Le château de Talcy (2 )

     

    La salle à manger.

     

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

    Monogramme d'Isabelle Salviati.

     

    Le salon de compagnie ou " Grand salon ".

     

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )

    Le château de Talcy (2 )


    1 commentaire
  • La seigneurie de Talcy relève au XIIIème siècle de la maison Saint-Lazare de Beaugency. Elle échoit en 1502 à Marie Simon, épouse d'un conseiller du roi Louis XII.

    En 1517, le domaine passe à Bernard Salviati, banquier florentin, qui lui donne sa configuration actuelle. Allié aux Médicis, Salviati est bailleur de fonds de François Ier durant les guerres d'Italie.

    En 1704, le domaine est acquis par une famille d'officiers royaux, les Burgeat, qui aménage confortablement le château et crée le jardin régulier. En 1780 s'y installe une famille protestante de la finance, les Gastebois, puis ses descendants suisses, les Stapfer.

    Le château devient propriété de l'Etat en 1933.

     

    Le château de Talcy

     

    La cour d'honneur.

     

    Le château de Talcy

     

    Le château de Talcy

    Le château de Talcy

    Puits de la fin du XVIème siècle.

     

    Le colombier du XVIème siècle.

     

    Le château de Talcy

    Le château de Talcy

    1400 trous de boulin.

     

    La grange du XVIIème siècle.

     

    Le château de Talcy

    Le château de Talcy

    Le château de Talcy

    Pressoir de 6,70 mètres de haut et 4,40 de large.

    La roue (ou poulie ) est actionnée manuellement en s'aidant des poignées et entraîne son axe faisant office de treuil sur lequel est fixée une corde. Celle-ci met en mouvement le pressoir au moyen d'une roue horizontale qui actionne la vis. Cet appareil possède deux leviers qui complètent la marche en exerçant une pression verticale sur la vis. Sous le plateau, le jus est recueilli dans des cuves logées dans une chambre basse et profonde. L'ensemble est en bois de chêne, seuls les organes de fixation sont en fer.

     

    Le jardin.

     

    Le château de Talcy

     

    Demain, nous visiterons l'intérieur du château.


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires