• Situé dans le Loir-et-Cher, il fut la résidence favorite des rois de France à la Renaissance.

     

    Un peu d'histoire.

    27 juin 1462 : naissance de Louis, fils de Charles d'Orléans.

    1498 : Charles devient Roi de France sous le nom de Louis XII.

    1499 :  il épouse Anne de Bretagne.

    1514 : leur fille, Claude de France, épouse son cousin François d'Angoulême.

    1515 : François d'Angoulême devient Roi de France sous le nom de François Ier. Il lance la construction d'une nouvelle aile de style Renaissance.

    1524 : Mort de Claude de France. François Ier délaisse le château de Blois au profit du château de Fontainebleau.

    18 octobre 1534 : l'Affaire des Placards marque le début de la répression du protestantisme en France.

    1547 : Henri II, fils de François Ier, est sacré Roi de France.

    Le château de Blois reste la résidence principale des successeurs d'Henri II et en particulier de François II et Charles IX.

    1574 : Henri III devient Roi de France.

    1588 : Henri III convoque les Etats Généraux.

    23 décembre : assassinat du duc Henri de Guise.

    24 décembre : assassinat du cardinal Louis de Lorraine, son frère.

    5 janvier 1589 : mort de la Reine Catherine de Médicis.

    1589 : Henri IV devient Roi de France.

    1610 : mort d'Henri IV, le château devient lieu d'exil pour sa veuve Marie de Médicis.

    1626 : Louis XIII alloue le comté de Blois à son frère Gaston d'Orléans.

    1660 : mort de Gaston d'Orléans, le château est abandonné.

    XVIIIème siècle : le château est cédé à d'anciens serviteurs.

     1788 : projet de destruction lancé par Louis XVI puis occupation par le Royal Comtois, régiment de cavalerie.

     

     

    Le château royal de Blois

    Le château royal de Blois ( 1 )

    Le château royal de Blois ( 1 )

    Le château royal de Blois ( 1 )

    Le château royal de Blois ( 1 )

    Le château royal de Blois ( 1 )

     

    Classé monument historique depuis 1945, ce château forme un exemple unique de l'évolution de l'architecture française du XIIIème au XVIIème siècle et réunit autour d'une même cour 4 façades différentes, 4 époques.

     

    Style gothique : le château du Moyen-Âge XIIIème siècle.

     

    Du château médiéval, construit par les comtes de Blois à partir du Xème siècle, ne subsiste que la salle seigneuriale plus connue sous le nom de salle des Etats. C'est la plus grande salle civile gothique du début du XIIIème siècle conservée en France.

     

    Le château royal de Blois

     

    Construite par le comte Thibault VI en 1214, elle a gardé ses dispositions anciennes : deux vaisseaux couverts d'un lambris en bois séparés par une file de six colonnes. Utilisée comme salle de justice par les comtes de Blois, elle accueille en 1576 et 1588 les Etats Généraux convoqués par Henri III.

     

    Le château royal de Blois

    Le château royal de Blois

    Le château royal de Blois

     

    Style flambloyant : l'aile Louis XII ( 1498-1501 ).

    Construite en brique et pierre, elle est marquée par le style gothique flamboyant où se mêlent aux éléments d'influence nordique des ornements d'origine italienne. Les appartements royaux du premier étage abritent le musée des Beaux-Arts.

     

    Le château royal de Blois

    Le château royal de Blois

     

    Style Renaissance : l'aile François Ier ( 1515-1520 ).

    Elle illustre la rapide évolution du décor architectural influencé par l'Italie appliqué sur des structures encore très françaises. 

     

    Le château royal de Blois

     

    L'escalier en vis abrité dans une tour largement ouverte illustre ce mélange d'influences.

     

    Le château royal de Blois

     

    Style classicisme : l'aile Gaston d'Orléans ( 1635-1638 ).

    Bâtie par François Mansart pour le duc Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII, elle est un chef d'oeuvre de l'architecture classique française.

     

    Le château royal de Blois

     

    Le musée lapidaire. 

    Sculptures originales des différentes ailes du château réunies dans les anciennes cuisines de l'aile François Ier.

    Pour plus de visibilité, agrandir le diaporama.

      

     

    Demain, je vous emmènerai visiter les appartements royaux.

     

     


    3 commentaires
  • Langeais, ville d'Indre-et-Loire, située sur la rive nord de la Loire est célèbre pour son château du XVème siècle que j'ai visité en 2015, voir ICI.

    Nous y avons pris une chambre d'hôtes ce mois de mai.

    Donc chaque soir, après nos visites de châteaux, nous avons déambulé dans la petite ville et j'ai bien sûr pris quelques photos.

     

    Découvertes à Langeais

    Fermeture du pont-levis du château.

     

    Découvertes à Langeais

    Sculpture en face du château.

     

    Oeuvres d'Emmanuel Sellier ( 2013 )

    Son blog ICI

     

    Découvertes à Langeais

    " Je reviendrai dans deux ou trois cent ans, juste pour retrouver ce jeune olivier devenu grand. Son feuillage aura habillé l'arche nue et ses branches vigoureuses commenceront à desceller les pierres une à une.

    Alors seulement ma sculpture sera l'oeuvre de la vie elle-même ".

    Découvertes à Langeais

    Sculpture de jouvence.

    Portrait du temps retrouvé.

    Découvertes à Langeais

    L'amourRe, installation flottante sur la Roumer.

    Découvertes à Langeais

    La Course, trois statues pour une même foulée.

    Découvertes à Langeais

    Foulée 1, 25 avril 2013.

    Découvertes à Langeais

    Foulée 2, 30 avril 2013.

    Découvertes à Langeais

    Foulée 3, 5 mai 2013.

     

    Découvertes à Langeais

    Violoncelle, sculpture métal de Fred Chabot.

     

    Découvertes à Langeais

     

     


    4 commentaires
  • Charmante bourgade de 439 habitants dans le Maine-et-Loire, Montsoreau est labellisé " Plus beau village de France ".

     

    Montsoreau

    La Loire et sa confluence avec la Vienne.

     

    De tout temps, les mariniers ont adapté leurs bâteaux à la Loire, fleuve aux étiages sévères.

    Les principales caractéristiques de ces embarcations sont un fond plat, un bordage à clin, des courbes et râbles espacés, un gouvernail allongé à l'axe oblique.

     

    Montsoreau

    Montsoreau

    Montsoreau

    Montsoreau

     

    Montsoreau

    Chemin en pierre de vignes.

     

    Le château.

    Dominant la Loire, le château est construit au XVème siècle.

    Cet édifice, mi-résidence, mi-forteresse présentait à l'origine un quadrilatère flanqué de quatre tours en pavillon, cerné de douves profondes alimentées par la Loire.

    Il est classé au titre des monuments historiques en 1862.

    Il abrite depuis 2016 la Collection Philippe Méaille.

     

    Montsoreau

    Montsoreau

    Montsoreau

    Montsoreau

    Montsoreau

    Vue de la terrasse.

    Montsoreau

    Montsoreau

    Montsoreau

     

    La visite du château ne présente pas beaucoup d'intérêt si vous n'appréciez pas l'Art Contemporain.

     

     

     


    4 commentaires
  • Visite des logis royaux.

     

    La forteresse de Chinon ( 2 )

     

    Le combat de Saint Georges contre le dragon.

    Ce chevalier légendaire, patron des chevaliers au Moyen-Âge, a délivré une ville terrifiée par un dragon et sauvé la fille du roi.

     

    La forteresse de Chinon ( 2 )

     

    Appartements de Charles VII et Marie d'Anjou.

     

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

     

    Salles Jeanne d'Arc.

    Collection dédiée aux représentations de Jeanne d'Arc du XVIème au XXème siècles.

     

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La forteresse de Chinon ( 2 )

     Faïence fine de Lunéville, Lucien Marchal 1899.

    Jeanne d'Arc représentée en bergère avec sa devise " Vive labeur " et en guerrière avec sa devise " Jésus Maria ". 

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    Buste de Jeanne d'Arc XIXème siècle.

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    Statuette de type " Marie d'Orléans " XIXème siècle .

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    Statuette équestre bronze et marbre rouge XIXème siècle.

     Jeanne d'Arc prisonnière XIXème siècle .

    La forteresse de Chinon ( 2 )

    La Reconnaissance du Dauphin. Tapisserie d'Aubusson du XVIIème siècle, tissage fils de laine et soie 2 mètres sur 4,14 mètres.

    Cette scène illustre la rencontre entre Jeanne d'Arc et le dauphin Charles à la forteresse de Chinon.

    La légende raconte que le futur roi de France se serait déguisé en courtisan pour mettre à l'épreuve l'inspiration divine de Jeanne. Mais la jeune fille aurait reconnu le roi entre tous. C'est pourquoi dans la tapisserie, Jeanne d'Arc est tournée vers le personnage habillé simplement et non vers le personnage qui tient le sceptre royal.


    2 commentaires
  • Elle est construite sur un éperon rocheux dominant la Vienne et la ville.

    Le château prend forme entre le VIème et Xème siècle.

    Au Xème siècle, la forteresse est tenue par les comtes de Blois.

    En 1044, les comtes d'Anjou s'emparent de la Touraine.

    En 1205, Philippe Auguste prend la forteresse.

    Au XVème siècle. Les Anglais s'emparent de Paris en 1419 forçant le dauphin Charles ( futur Charles VII ) à s'exiler à Bourges. En 1420, le dauphin se fait proclamer roi de France sans avoir pu être sacré. En 1422, il épouse Marie d'Anjou. En février 1429, Jeanne d'Arc vient à Chinon rencontrer Charles VII. En avril elle est envoyée par le roi à Orléans et parvient à insuffler aux soldats français une énergie nouvelle et à contraindre les Anglais à lever le siège de la ville dans la nuit du 7 au 8 mai 1429. Le 17 juillet 1429, Henri VII est sacré roi de France à Reims.

    Au XIXème siècle. Dépourvue de rôle stratégique et abandonnée au profit de châteaux plus modernes, la forteresse tombe peu à peu en ruines. En 1840, elle est classée monument historique malgré la dangerosité de ses ruines. En 1854, la municipalité demande la démolition des bâtiments. L'intervention de Prosper Mérimée marque le début de la restauration de la forteresse. En 1926, les terrains attenants sont également classés.

     

    Les logis royaux.

    L'emplacement des logis royaux est occupé depuis la fin du XIIème siècle par une grande salle utilisée pour la vie de cour. Dans le courant du XIIIème siècle, un bâtiment vient s'ajouter à l'ouest. Vers 1370, le duc Louis Ier d'Anjou entreprend la reconstruction des logis et y aménage une salle de justice. Au temps de Charles VII, l'ensemble prend sa configuration définitive, trois ailes autour d'une cour. De cet ensemble, il ne reste plus que l'aile sud.

    Nous visiterons l'intérieur demain.

     

    La forteresse de Chinon

     

    La tour d'Argenton.

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    Fûts de bombarde ( canons primitifs ) disposés sur la terrasse, originaux datant de la fin du XVIème siècle.

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    Reconstitution d'une grue de chantier en bois de la fin du XIIème ou XIIIème siècle.

     

    La tour des Chiens.

    Construite sous le règne de Philippe Auguste, elle doit son nom au chenil voisin qui abritait les meutes royales au XVème siècle.

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    Four à pain du XVème siècle.

     

    La tour de l'Horloge.

    Depuis la fin du XIIème siècle, elle sert d'entrée au château. Dans sa configuration actuelle, elle remonte à la fin du XIVème siècle. Elle tient son nom de l'horloge installée dans le clocheton qui domine la toiture.

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

     

    La tour du Trésor.

    Construite au XIIème siècle par Henri II Plantagenêt, comte d'Anjou pour abriter son trésor royal constitué de chartes et de documents.

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

     

    La tour de Boissy.

    Edifiée au XIIIème siècle, elle tire son nom des sieurs de Boissy, gouverneurs du château au XVIème siècle. Elle abrite une chapelle au premier étage.

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

     

    La tour du Moulin.

    Construite à la fin du XIIème siècle, elle doit son nom à la présence d'un moulin à vent juché à son sommet à l'époque moderne. Elle est protégée en partie basse par un mur périphérique.

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

     

    La tour du Coudray.

    Du XIIIème siècle, son nom provient peut-être de la présence d'un bosquet de noisetiers dans le fort ( coudres en vieux français ).

     

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    La forteresse de Chinon ( 1 )

    Inscriptions - personnages stylisés, croix et instruments de la Passion du Christ - tracées par les 5 dignitaires de l'Ordre des Templiers emprisonnés dans cette tour en juin 1308. Quelques années plus tard, ils furent emmenés au bûcher.

     

     

     


    3 commentaires