• Petites légendes du Valromey

    Qui ne connaît la légende de Saint-Martin et celle du

      pont de la Dangereuse ?

     

    Le Valromey, cependant, nous révèle bien d'autres légendes, moins connues mais toutes aussi savoureuses.

     

    La belle juive Halis de Vieu-en-Valromey.

     

    Vieu-en-Valromey ( église )

    Eglise de Vieu-en-Valromey.

     

    " Au fond de l'étage de la Maison Brillat-Savarin à Vieu, la chambre du maître donnait sur un petit réduit voûté, à fortes nervures en relief, qui avait servi, aux temps anciens, de prison où l'on enfermait jusqu'au jugement les ribaudes, sorcières ou délinquantes.

    Une jeune et jolie juive, nommée Halis, y fut recluse, comme sorcière, blasphématrice de la très sainte Vierge Marie, condamnée pour ses maléfices et sortilèges à être menée par le bourreau, pieds nus, en chemise, torche ardente à la main, faire amende honorable pour avoir servi et adoré le diable, à être pendue et étouffée, son corps brûlé et ses cendres jetées au vent. Quelqu'un épris par sa beauté, la fit évader.

    La belle Hallis fut reprise en Savoie et traînée, sanglante, hurlant de douleur, au carcan du " Pas de l'âne " limite des judirictions du Valromey et de la seigneurie de Grammont, où elle fut pendue avec une corde de chanvre, et ses cendres jetées au vent ".

     

    Roulet l'enchanteur.

     

    100_1650.JPG

    Vache et son veau dans le Valromey.

     

    " A Songieu, ce jeune homme faisait danser les vaches du troupeau du Curé Lancelot ave son violon. Le brave curé apeuré, le remercia bien vite, et Roulet s'en fut du côté de la ville. On n'entendit plus parler de lui dans le Valromey ".

     

    Le cas extraordinaire du 2 janvier 1833.

     

    Songieu

    Eglise de Songieu.

     

    " Ce cas étrange se produisit dans la maison de Claude Martinod, en présence d'une foule considérable. Les témoins et principalement les notables, en furent extrêmement étonnés.

    Françoise Adélaïde Millet enfant de l'hôpital de la Charité de Lyon, placée dans la famille Martinod, entendit pendant cinq mois, un grattement extraordinaire au pied de son lit. Grattement semblable à celui que pourraient produire des ongles de fer.

    Le curé Lancelot sceptique malgré les messes dites pour que le bruit cesse ( et pour lesquelles il avait refusé l'argent offert ) veut se rendre compte lui-même. Il vient une nuit dans la même chambre que l'enfant, couchée toute habillée sur son lit, et, en présence d'une foule de personnes saisies de frayeur, constate que le grattement se fait entendre. Il ordonne à l'être de cesser; aussitôt le bruit cesse. Il commande de gratter à nouveau, le grattement reparaît.

    La cause et le but d'un fait si surprenant sont encore à découvrir ... "

     

    Le Sarvant.

     

    Artemare ( entrée du village )

    Artemare, entrée du village.

     

    " A Artemare, il y avait le Sarvant, sorte de chat-huant, qui la nuit dans les greniers, brassait les noix, faisant croire qu'il entrechoquait les os de sa carcasse ".

     

    Légendes tirées de " Yon devint Artemare " de Michèle Blanc.

    « Les Jardiniers du NucléaireA fleur de peau »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    5
    Vendredi 3 Février 2012 à 16:25
    Martine27

    Il se passe de drôles de choses par chez toi, mais pauvre Halis, les hommes sont cruels

    4
    Jeudi 2 Février 2012 à 08:11
    nikou66

    Ben, il faisait pas bon de vivre à cette époque, en Dordogne la neige commence à tomber et il fait très froid, bonne journée nathie et bisous

    3
    Mardi 31 Janvier 2012 à 16:14
    gigi

    Merci de partager ces belles légendes, un peu dures mais bien de l'époque. Bisous. Ginette

    2
    Mardi 31 Janvier 2012 à 07:50
    ZAZA

    Merci pour ce moment de légendes Nathie. La pauvre curé a eu raison de le congédier, tu te rends compte, si au lieu de faire danser les vache il les avait faites voler...!!!!!! Bises et bon mardi

    1
    Mardi 31 Janvier 2012 à 06:32
    Anne d'AMICO

    Certaines font froid dans le dos! Je n'aurais pas aimé être à la place de Françoise Millet, non plus qu'à celle d'Halis! C'est qu'ils n'étaient pas tendres à l'époque!

    Gros bisous Nathie!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :