• Abbaye cistercienne fondée au XIIème siècle et reconstruite en son état actuel entre 1750 et 1756.

    Elle est classée monument historique en 1907.

    Pendant la première Guerre mondiale, elle est transformée en hôpital militaire belge.

    Thérèse Papillon, infirmière de la Croix Rouge, rachète l'abbaye en 1922 pour en faire un préventorium pour enfants jusqu'en 1976.

    Aujourd'hui l'abbaye accueille des enfants en difficulté.

     

    L'abbaye de Valloires

     

    L'abbaye de Valloires

    Pigeonnier du XVIème siècle.

     

    L'abbaye de Valloires

    Poirier planté en 1756 lors de la consécration de l'église.

     

    La salle du chapitre.

     

    L'abbaye de Valloires

    L'abbaye de Valloires

     

    Le cloître sobre, lieu de méditation pour les moines.

     

    L'abbaye de Valloires

    L'abbaye de Valloires

     

    Clocher de l'église abbatiale, campanile sur le côté de l'église, ardoise et tour en bois.

     

    Le grand salon.

     

    L'abbaye de Valloires

     

    L'église abbatiale.

     

    L'abbaye de Valloires

    L'abbaye de Valloires

     

    L'intérieur.

     

    L'abbaye de Valloires

     

    La grille, oeuvre de Jean-Baptiste Veyren, dit le " Vivarais ", serrurier et ferronnier d'art français du XVIIIème siècle, séparait les moines des laïcs. Elle est restaurée en 2003.

     

    L'abbaye de Valloires

    La poire, symbole de Valloires, qui rappelle la spécialité des moines, la liqueur de poire.

     

    Le maître-autel avec ses deux anges en plomb doré, réalisé par Simon Pfaffenhoffen, sculpteur autrichien.

     

    L'abbaye de Valloires

     

    La pièce centrale est une crosse réalisée par Veyren. Elle s'achève en palmier puis se prolonge au dessus du maître-autel avec une corne d'abondance qui elle-même s'accompagne d'un dais. Un colombe, rajoutée au XIXème siècle, symbolisant l'Esprit Saint est suspendue. Auparavant s'y trouvait un ciboire qui descendait jusqu'au centre de l'autel, grâce à un système de poulie dissimulé à l'intérieur de la crosse.

     

    L'abbaye de Valloires

    Photo gracieusement prêtée par Monique Guay figurant dans son article, l'abbaye de Valloires ( 2 )

     

    Les anges suspendus, au dessus du maître-autel, en papier mâché.

     

    L'abbaye de Valloires

     

    L'avant-autel.

     

    L'abbaye de Valloires

    L'abbaye de Valloires

    L'abbaye de Valloires

     

    Le buffet d'orgue en chêne de style rocaille créé par Pfaffenhoffen en 1751. Il est remanié par les Basiliens au XIXème siècle et restauré en 1993.

    A l'intérieur, on compte 1954 tuyaux se répartissant en 33 jeux et répondant aux trois claviers et au pédalier.

    En haut, les statues représentent le roi David avec sa lyre et deux anges musiciens.

    Sur la balustrade, de nombreux angelots, deux atlandes en gaine supportent la partie supérieure ; au centre, deux lions s'affrontent autour du blason de Monseigneur d'Orléans de la Motte.

     

    L'abbaye de Valloires


    2 commentaires
  • Petite pause dans le récit de mes vacances en Baie de Somme. 

    Aujourd'hui, une visite éclair à Aix-les-Bains avec mes copinettes, Patricia et Evelyne, le 10 juillet.

     

    Découverte d'une exposition rendant hommage aux oeuvres de Livio Benedetti dans différents lieux de la ville du 14 juin au 31 octobre 2019. 15 oeuvres monumentales visibles au centre ville, au Musée Faure et au bord du lac.

     

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Au bord du lac. Fraternité, bronze de 1984.

    Couple fraternel s'emportant l'un l'autre dans un élan du coeur.

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Au Parc de verdure. Lamartine, bronze de 1990.

    Statue en pied du grand écrivain romantique qui trouva son inspiration au bord des eaux sombres et sauvages du lac. Représentation fidèle de la sculpture d'Emile-André Boisseau ( 1842-1923 ) en terre cuite exposée au Musée Faure.

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Au Parc de verdure. Don Quichotte, bronze de 1995.

    Un des rares et difficiles sujets mêlant la figure humaine et la figure animale, toutes deux chères au sculpteur. Ce personnage de Cervantès, devenu un mythe universel, est ici stylisé sur sa monture dans une noble posture, qui impose le respect au-delà de tout le ridicule dont on pouvait l'affubler aux origines.

     

    Place Georges Clémenceau, aux halles, fresque murale, réalisée par Annie Berthet, représentant le même endroit vu de l'intérieur au début du siècle dernier.

     

    Un petit tour à Aix-les-Bains

     

    Parc de verdure.

     

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Un petit tour à Aix-les-Bains

    Un petit tour à Aix-les-Bains

     

    Demain, retour dans la Baie de Somme.


    3 commentaires
  • Le parc du Marquenterre est l'un des hauts lieux ornithologiques de France.

     

    Quelques photos de mes rencontres.

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre

     

    Le parc du Marquenterre


    1 commentaire
  • Argoules

     

    Le château d'Argoules.

     

    Argoules

    Argoules

    Argoules

    Statue sur angle de pignon.

     

    Il est édifié en brique et pierre avec un corps de logis flanqué de quatre tourelles d'angle octogonales.

    Daté du XVIème siècle, il est restauré au XIXème siècle dans le style néo-gothique. Une aile en prolongement a été édifiée en pierre calcaire au cours du XVIIIème siècle.

    Il est inscrit monument historique en 2009.

     

    L'église Saint-Germain.

     

    Argoules

    Argoules

     

    Elle est construite aux XVème et XVIème siècles en pierre calcaire blanche.

     

    La chapelle.

     

    Argoules

    Argoules

    Argoules

     

    Le Gros Tilleul.

     

    Argoules

    Argoules

     

    La place d'Argoules est dominée par un tilleul imposant et majestueux, de 13 mètres de hauteur et 5.20 mètres de circonférence, nommé affectueusement " Gros Tilleul " par l'ensemble des habitants. Il est rescapé de la tempête qui a frappé le nord-ouest de la France et l'Angleterre dans la nuit du 15 au 16 octobre 1987.

    Monument naturel classé depuis le 8 janvier 1934, il est également labellisé Arbre remarquable depuis juin 2016.

    Deux hypothèses : 

    Le Gros Tilleul serait un " arbre de Sully " planté sous le règne d'Henri IV. Il aurait alors environ 400 ans.

    Il serait un " arbre de la liberté " planté pendant la Révolution française en 1792 ou 1793. Il aurait donc un peu plus de 220 ans.


    2 commentaires
  • A marée basse, les bancs de sable constituent autant de reposoirs pour la colonie de phoques gris et veaux marins installés dans la baie.

     

    Les phoques de la pointe du Hourdel

     

    Les phoques de la pointe du Hourdel

     

    Les phoques de la pointe du Hourdel

     

    Les phoques de la pointe du Hourdel

     

    Les phoques de la pointe du Hourdel

     

    Les phoques de la pointe du Hourdel


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires