• Traces de vie, l'enfance

    Pour la communauté " Entre ombre et lumière ", Christiane désire parler de traces de vie.

    L'enfance est la période qui laisse le plus de traces dans notre vie.

     

    " Il reste toujours quelque chose de l'enfance, toujours ... "

    Marguerite Duras.

     

     

    Traces de vie, l'enfance Traces de vie, l'enfance 

    Philéa et moi en 1967 et 1976.

      

    Je dédie cet article à Philéa. Car Philéa fait partie de mon enfance.

    Les années ont passé sans éteindre cette amitié donnée par la nature.

    Philéa, ma soeur tant aimée, laisse toi bercer par la magnifique voix de Barbara.

     

     

     

    Mon enfance

    Tilleul Sully à Innimont.

     

    J'ai eu tort, je suis revenue,

    Dans cette ville, au loin, perdue,

    Où j'avais passé mon enfance,

    J'ai eu tort, j'ai voulu revoir,

    Le coteau où glisse le soir,

    Bleu et gris, ombre de silence,

    Et j'ai retrouvé comme avant,

    Longtemps après,

    Le coteau, l'arbre se dressant,

    Comme au passé,

    J'ai marché, les tempes brûlantes,

    Croyant étouffer sous mes pas,

    Les voix du passé qui nous hantent,

    Et reviennent sonner le glas,

    Et je me suis couchée sous l'arbre,

    Et c'était les mêmes odeurs,

    Et j'ai laissé couler mes pleurs,

    Mes pleurs,

     

    Mon enfance

    Puits fleuri dans le Valromey.

     

    J'ai mis mon dos nu à l'écorce,

    L'arbre m'a redonné des forces,

    Tout comme au temps de mon enfance,

    Et longtemps, j'ai fermé les yeux,

    Je crois que j'ai prié un peu,

    Je retrouvais mon innocence,

    Avant que le soir ne se pose,

    J'ai voulu voir,

    La maison fleurie sous les roses,

    J'ai voulu voir,

    Le jardin où nos cris d'enfants,

    Jaillissaient comme sources claires,

    Jean, Claude et Régine et puis Jean,

    Tout redevenait comme hier,

    Le parfum lourd des sauges rouges,

    Les dahlias fauves dans l'allée,

    Le puits, tout, j'ai tout retrouvé,

    Hélas,

     

    Mon enfance

    La Via-Rhôna.

     

    La guerre nous avait jetés là,

    D'autres furent moins heureux, je crois,

    Au temps joli de leur enfance,

    La guerre nous avait jetés là,

    Nous vivions comme hors-la-loi,

    Et j'aimais cela, quand j'y pense,

    Oh mes printemps, oh mes soleils,

    Oh mes folles années perdues,

    Oh mes quinze ans, oh mes merveilles,

    Que j'ai mal d'être revenue,

    Oh les noix fraîches de septembre,

    Et l'odeur des mûres écrasées,

    C'est fou, tout, j'ai tout retrouvé,

    Hélas,

     

    Mon enfance

    Croix au col du Petit Perthuis.

     

    Il ne faut jamais revenir,

    Au temps caché des souvenirs,

    Du temps béni de son enfance,

    Car parmi tous les souvenirs,

    Ceux de l'enfance sont les pires,

    Ceux de l'enfance nous déchirent,

    Vous, ma très chérie, ô ma mère,

    Où êtes-vous donc, aujourd'hui,

    Vous dormez au chaud de la terre,

    Et moi, je suis venue ici,

    Pour y retrouver votre rire,

    Vos colères et votre jeunesse,

    Mais je suis seule, avec ma détresse,

    Hélas,

     

    Mon enfance

     

    Pourquoi suis-je donc revenue,

    Et seule, au détour de ces rues,

    J'ai froid, j'ai peur, le soir se penche,

    Pourquoi suis-je venue ici,

    Où mon passé me crucifie,

    Elle dort à jamais mon enfance.

     

    Barbara, Mon enfance, 1968.

     

    " Quand on retourne dans sa ville natale, on s'aperçoit que ce n'était pas l'endroit qu'on regrettait, mais son enfance ".

    Sam Ewing.

     

    « L'arrivée du printempsLe Bistrot de Morgane »

  • Commentaires

    11
    Jeudi 4 Avril 2013 à 10:18

    Qui est la grande et qui est la petite ?????   ça doit être merveilleux d'avoir une soeur avec qui l'on s'entend bien.

    Moi j'ai une cousine "Milfontaines" Lydie a 4 mois de moins que moi, nous communiquons tous les jours et nous rendons visite le plus souvent possible, c'est comme une soeur. Nous ne nous ressemblons pas mais nous nous complétons.

    Gros bisous et bonne journée

    10
    Mercredi 3 Avril 2013 à 20:45

    ...   ça passe trop vite, une vie !

    et l'enfance nous marque plus et nous manque plus que toute autre période de notre vie.

    Bel article,
    Bisous et belle soirée

    9
    nanne Profil de nanne
    Mercredi 3 Avril 2013 à 18:21

    Ah! notre jeunesse ... on voudrait la revivre  mais ;. Bises Lucette

    8
    Mercredi 3 Avril 2013 à 14:09

     Bonjour Nathie, merci pour ce très beau partage. Je suis touit à fait d'accord avec la citation de Sam Ewing. J'ai vécu cela il y a quelques années quand nous sommes retournés vivre dans le village de mon enfance. Bisous. Gigi

    7
    Mercredi 3 Avril 2013 à 11:16

    c'est vrai, on cherche son enfance et on s'aperçoit qu'elle a disparue en meme temps que les lieux ont changés... gros bisous Nathie. cathy

    6
    Pasteline
    Mardi 2 Avril 2013 à 20:35

    l'enfance! comblé de souvenirs heureux ou malheureux mais de souvenirs; les parfums, les odeurs, les couleurs... nous parlent encore

    mon enfance est ancré au fond de moi, elle est mon "secret, mon trésor"

    tu as choisi une très belle et douloureuse chanson

    profite bien de ta soeur, profitez à deux...

    bisous du soir

    Pasteline

     

    5
    Mardi 2 Avril 2013 à 19:23

    C'est un bonheur d'avoir une soeur ...

    J'ai un frère , en Belgique, il y a plus de 4 ans que je ne l'ai pas revu , mais, nous n'étions pas proche l'un de l'autre quand il a pris la place de papa décédé alors qu'il

    avait 12 ans1/2 et moi 9 ans . J'ai dû lui obéïr , nous étions tous deux malheureux .

    Profite bien de cette complicité .

    Bises Nath.

    4
    Mardi 2 Avril 2013 à 18:48

    J'aime toutes ces photos d'autrefois, un petit goût de nostalgie bien agréable. Et Barbara quelle magnifique chanteuse c'était

    3
    Mardi 2 Avril 2013 à 11:23

    Merci de partager un morceau d'enfance avec nous. Je suis retournée l'an dernier dans l'église où j'ai fait ma communion en 1962. J'avais les larmes qui me serraient la gorge. Tu as raison on pleure pas pour le lieu retrouvé mais sur l'enfance perdue, époque naïve où l'on ne savait pas encore !!!!

    J'aime beaucoup aussi ta musique de Barbara, en plus elle habitait juste à côté de ma rue justement à l'époque de l'enfance dans le 20ème arrondissement rue Vitruve. Mes frères allaient à l'école en face de chez elle.

    C'est pourquoi ton billet me touche énormément. bisous EVELYNE

     

     

    2
    Mardi 2 Avril 2013 à 11:02

    je pense que notre enfance nous manque toujours.

    Bel et émotif billet Nathie, je l'ai aimé beaucoup

    bisous

    Rosa

    1
    Mardi 2 Avril 2013 à 10:26

    un très joli billet

    c'est vrai que notre enfance nous manque parfois quand la vie n'est pas facile!

    belle journée

    bises

    Sophie

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :