• Au XIIIème siècle, le Rivau est une maison forte. Il est fortifié au XVème siècle puis humanisé à la Renaissance. Il est à la fois une forteresse imprenable et un lieu de vie agréable. Il est intimement lié à l'illustre famille des Beauvau dont la devise " Sans départir " indique la volonté de ne jamais abandonner. Le Rivau est cédé par Jacques de Beauvau en 1697.

    Pendant deux siècles, différents propriétaires se succèdent. A partir du XIXème siècle, le Rivau demeure inhabité et sombre dans l'oubli. Il fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis juillet 1918.

    Le peintre et affichiste Pierre-Laurent Brenot devient propriétaire du château en février 1961 et l'habite jusqu'à sa revente aux actuels propriétaires, Eric et Patricia Laigneau, en décembre 1992. Ils entament aussitôt les travaux de restauration nécessaires à la remise en état du château, de ses communs et des jardins. En 2000, le site est ouvert au public.

     

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

     

     

    Le château du Rivau

    Au dessus de la porte d'entrée, blason de la famille Beauvau et leur devise " Sans départir ".

     

    La salle du Grand Logis et la collection familiale de trophées de chasse.

     

    Le château du Rivau

     

    La salle Beauvau.

     

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

     

    La salle du Festin de Balthazar.

     

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Tableau du Festin de Balthazar.

    Le château du Rivau

    Plafond peint d'une fresque " a fresco " par un maître italien, les quatre saisons de la vigne.

     

    La salle des Dames.

     

    Le château du Rivau

    Cheminée gothique.

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Tapisserie de Bruxelles tissée au XVIème siècle, consacrée à Zénobie, reine de Palmyre qui a bravé les Romains.

    Le château du Rivau

    Coussièges devant les fenêtres à meneaux.

     

    La salle Jeanne d'Arc.

    Elle évoque la présence de l'héroïne, hôte du Rivau avant le siège d'Orléans en 1429.

    Vision de Jeanne d'Arc à la fois trophée national et symbole de persévérance et d'obstination.

     

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

    Autel Renaissance. Jeanne d'Arc de plumes de l'artiste Julien Salaud.

    Le château du Rivau

    Le château du Rivau

     

    A demain pour la suite.


    4 commentaires
  • Suite à la visite du Logis royal, nous partons à la découverte du parc de 15 hectares qui regorge de découvertes d'époque.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Péristyle de la Source Gallo-Pacelienne.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Pont de Pompéi.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Pont de Guise et Grande Allée bordée de 180 platanes en voûte, de 375 mètres de longueur, plantée il y a 150 ans.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Pont Médicis.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Meunerie du XVIIème siècle.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Chaumière du XVIIIème siècle.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Arche aux Dauphins de 1500.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Grands Parterres Pacelliens ornés de caisses à orangers et de vases Médicis.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Fontaine de Jouvence.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Orangerie royale.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 3 )

    Jardins des " Carrés Pacelliens ".


    2 commentaires
  • Nous continuons notre visite du Logis royal.

     

    Le Grand Salon Charles VIII.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Coffre de mariage de François Ier et Claude de France ( début XVIème siècle en bois de chêne massif ) sculpté sur toutes ses faces et son plateau, représentant François Ier et Claude de France se faisant face de part et d'autre d'un blason du Royaume de France aux trois fleurs de lys.

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Jeu de billard en bois de noyer massif, datant de 1860, signé et comportant des motifs Renaissance sur ses pieds.

     

    La chapelle.

    Chapelle semi-troglodyte réalisée par Louis XII, alors propriétaire du château et attenante au Logis royal avec lequel elle communique. Le portail est surmonté d'un linteau sculpté aux armes de France et flanqué des chiffres de Louis XII et d'Anne de Bretagne.

    Elle est consarée sous François Ier le 19 août 1515 par Yves Mahyeuc, évêque de Rennes, confesseur d'Anne de Bretagne.

    Elle est classée à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. C'est la dernière partie du château à ne pas avoir été restaurée.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Blason en mauvais état aux armes de René de Savoie subsistant sur l'un des pilastres.

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Retable de tuffeau blanc sculpté avec un buste de Marie-Madeleine.

     

    La cour médiévale.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

     

    Le chai François Ier ( XIIIème siècle ).

    Cette grotte servait de cuisine médiévale. Le bistre du feu subsiste sur la paroi du fond.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

     

     

    La boulangerie médiévale, vestige du château fort du XVème siècle.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

    Le domaine royal de Château-Gaillard ( 2 )

     

    Demain, nous visiterons le reste du domaine.

     

     

     


    votre commentaire
  • A son retour de la première guerre d'Italie en 1496, Charles VIII confie à Dom Pacello de Mercoliano, " le plus célèbre jardinier de l'Europe ", la construction de Château-Gaillard et de ses jardins merveilleux. Le domaine est le premier jardin d'acclimatation en France avec notamment la création de première orangerie royale française, le premier jardin de la Renaissance française et la première transposition française de l'architecture de la Renaissance italienne.

    A la mort de Charles VIII en 1498, le domaine revient à son successeur, Louis XII qui le cède à Pacello da Mercoliano en 1505.

    Château-Gaillard voit successivement séjourner en ses murs : René de Savoie et Anne Lascaris, Jean III de Lorraine, François II et Marie Stuart, Charles de Guise-Lorraine qui fait remanier la façade du Logis royal en 1559, René de Villequier, la famille Della Rovere, André Malraux et Louise de Vilmorin.

    Le Logis royal fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques en 1963. Après quatre ans de restauration, il est ouvert au public en 2014. Il appartient actuellement à la SCI Dom Pacello.

     

    Dans un premier temps, nous allons visiter le Logis royal.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Puits sculpté.

     

    Le vestibule.

    Restauré aux pigments naturels, il présente un plafond en trompe-l'oeil dans le style Louis XII et des fresques de style Renaissance au mur.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard

     

    La salle à manger du Cardinal de Guise.

    Ici se sont tenus les conciliabules visant à déjouer la conjuration d'Amboise.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Cheminée Renaissance de fine ciselure des années 1515 dévoilant des cornes d'abondance, des grotesques et des angelots, décorée de poupons, de femmes coiffées de grosses nattes, de griffons tirant la langue, de chapiteaux ornés de petits oiseaux rapaces sur les côtés.

     

    Le studiolo d'Anne de Bretagne.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

     

    La cuisine troglodyte du XVIIème siècle.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard

     Armoire ancienne colorée peinte au bitume de Judée ( bleu vert ) et à l'ocre rouge. Elle est à l'hermine d'Anne de Bretagne et à la fleur de lys royale.

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

     

    Le Salon Louis XII.

     

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Galerie de portraits d'illustres du XVIème siècle.

    Le domaine royal de Château-Gaillard

    Le domaine royal de Château-Gaillard

     Cheminée dotée de l'emblème du Roi Louis XII ( le porc-épic ) et d'Anne de Bretagne ( l'hermine ).

    Le domaine royal de Château-Gaillard

     

    A demain pour la suite de la visite.

     

     

     

     


    3 commentaires
  • Pendant notre séjour en Val de Loire, une belle journée passée à Amboise.

    Sur le quai du Mail, nous avons découvert une extraordinaire fontaine réalisée en 1967 par le sculpteur d'origine allemande, Max Ernst, au nom étonnant " Aux cracheurs, aux drôles et au génie ".

     

    Aux cracheurs, aux drôles et au génie

     Dommage, elle n'est pas en eau !

     

    Au sommet de la fontaine trône le " Grand Génie ", à ses pieds se trouvent la " Grande Grenouille " et la " Grande Tortue " ainsi que deux " Assistants ".

    Inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1987, la fontaine est restaurée en 2017.

     

    Demain, nous commencerons la visite du domaine royal de Château-Gaillard.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique