• 100 4872

     

    Dans l'interminable

    Ennui de la plaine,

    La neige incertaine

    Luit comme du sable.

     

    Le ciel est de cuivre

    Sans lueur aucune,

    On croirait voir vivre

    Et mourir la lune.

     

    100 4892

     

    Comme des nuées

    Flottent gris les chênes

    Des forêts prochaines

    Parmi les buées.

     

    Le ciel est de cuivre

    Sans lueur aucune.

    On croirait voir vivre

    Et mourir la lune.

     

    100 4874

     

    Corneille poussive

    Et vous, les loups maigres,

    Par ces bises aigres

    Quoi donc vous arrive ?

     

    Dans l'interminable

    Ennui de la plaine

    La neige incertaine

    Luit comme du sable.

     

    Paul Verlaine, Romances sans paroles, 1874.

     

    Pour la communauté " Entre ombre et lumière ".

    Photos prises à Hauteville Lompnès ( Ain ).


    6 commentaires
  • Pour la communauté " Entre ombre et lumière ", réflexions sur les fenêtres.

     

    Les fenêtres, avec leurs rideaux, nous montre la réalité sous un autre jour.

     

    Qu'on soit à l'intérieur ...

     

    100 3954

     

    La vie colorée de rouge vue de ma cuisine.

     

    100 3956

     

    Le cerisier et les voiliers.

     

    ... ou à l'extérieur.

     

    Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil et toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, rêve la vie, souffre la vie.

     

    Par delà des vagues de toits, j'aperçois une femme mûre, ridée déjà, pauvre, toujours penchée sur quelque chose, et qui ne sort jamais. Avec son visage, avec son vêtement, avec presque rien, j'ai refait l'histoire de cette femme, ou plutôt sa légende, et quelquefois je me la raconte à moi-même en pleurant.

     

    Si c'eût été un pauvre vieux homme, j'aurais refait la sienne tout aussi aisément.

     

    Et je me couche, fier d'avoir vécu et souffert dans d'autres que moi-même.

     

    Peut-être me direz-vous : " Es-tu sûr que cette légende soit la vraie ? ". Qu'importe ce que peut être la réalité placée hors de moi, si elle m'a aidé à vivre, à sentir que je suis et ce que je suis.

     

    Charles Baudelaire, " Les fenêtres ", 1869.


    8 commentaires
  • Pour le " Casse tête de la semaine ".

     

    Les deux chèvres.

     

    Dès que les chèvres ont brouté,

    Certain esprit de liberté

    Leur fait chercher fortune; elles vont en voyage

    Vers les endroits du pâturage

    Les moins fréquentés des humains.

    Là s'il est queque lieu sans route et sans chemins,

    Un rocher, quelque mont pendant en précipices,

    C'est où ces Dames vont promener leurs caprices;

    Rien ne peut arrêter cet animal grimpant.

    Deux chèvres donc s'émancipant,

    Toutes deux ayant patte blanche,

    Quittèrent les bas prés, chacune de sa part.

    L'une vers l'autre allait pour quelque bon hasard.

    Un ruisseau se rencontre, et pour pont une planche.

    Deux Belettes à peine auraient passé de front

    Sur ce pont;

    D'ailleurs, l'onde rapide et le ruisseau profond

    Devaient faire trembler de peur ces Amazones.

    Malgré tant de dangers, l'une de ces personnes

    Pose un pied sur la planche, et l'autre en fait autant.

    Je m'imagine voir avec Louis le Grand

    Philippe Quatre qui s'avance

    Dans l'île de la Conférence.

    Ainsi s'avançaient pas à pas,

    Nez à nez, nos Aventurières,

    Qui, toutes deux étant fort fières,

    Vers le milieu du pont ne se voulurent pas

    L'une à l'autre céder. Elles avaient la gloire

    De compter dans leur race ( à ce que dit l'Histoire )

    L'une certaine Chèvre au mérite sans pair

    Dont Polyphème fit présent à Galatée,

    Et l'autre la chèvre Amalthée,

    Par qui fut nourri Jupiter.

    Faute de reculer, leur chute fut commune;

    Toutes deux tombèrent dans l'eau.

    Cet accident n'est pas nouveau

    Dans le chemin de la Fortune.

     

    Jean de La Fontaine, livre XII, fable 4, 1693.

     

    Chèvres

    Découvertes à Brens lors d'une balade. Cinq chèvres acrobates et pas farouches.

    Ne sont-elles pas adorables ?

     


    8 commentaires
  • Pour la communauté " Le casse tête de la semaine ", le discours de Martin Luther King, prononcé le 28 août 1963 à Washington, lors de la plus grande manifestation pour la liberté et la justice raciale.

     

    IMGP0524.JPG

    " Je vous le dis aujourd'hui, mes amis, bien que nous ayons à faire face aux difficultés d'aujourd'hui et de demain, je fais pourtant un rêve. C'est un rêve profondément ancré dans le rêve américain.

    Je rêve qu'un jour, notre nation se lèvera pour vivre véritablement son crédo : " Nous tenons pour vérité évidente que tous les hommes ont été créés égaux ".

    Je rêve qu'un jour, sur les collines rousses de Géorgie, les fils d'anciens esclaves et les fils d'anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

    Je rêve qu'un jour, même l'Etat du Mississipi, un état où l'injustice et l'oppression créent une chaleur étouffante, sera transformé en une oasis de liberté et de justice.

    Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur la valeur de leur caractère. Je rêve aujourd'hui !

    Je rêve qu'un jour, dans l'Alabama, avec ses abominables racistes, avec son gouverneur qui n'a aux lèvres que les mots d' " opposition " aux lois fédérales et d' " annulation " de ces lois, que là même en Alabama un jour les petits garçons noirs et les petites filles noires avec les petits garçons blancs et les petites filles blanches pourront se donner la main, comme soeurs et frères.

    Je rêve aujourd'hui.

    Je rêve qu'un jour toute vallée sera élevée, toute colline et toute montagne seront abaissées. Les endroits raboteux seront aplanis et les chemins tortueux redressés. Et la gloire du Seigneur soit révélée et toute chair la verra ".

     

    Barack Obama est le premier Afro-Américain à être président des Etats-Unis, évènement historique qui concrétise en partie des éléments de ce discours.

     

    Allez voir la vidéo, un moment historique fort en émotion.

     

     I HAVE A DREAM.


    7 commentaires
  •  

    DSCF4346-copie-1.JPG

     

    Moi aussi j'ai une fée chez moi
    sur les gouttières ruisselantes
    je l'ai trouvée sur un toit
    dans sa traine brulante
    c'était un matin ça sentais le café
    tout était recouvert de givre
    elle s'était cachée sous un livre
    et la lune finissait ivre
    Moi aussi j'ai une fée chez moi
    et sa traine est brulée
    elle doit bien savoir qu'elle ne peut pas, ne pourra jamais plus voler
    d'autres ont essayés avant elle
    avant toi une autre était là
    je l'ai trouvé repliée sous ses ailes
    et j'ai cru qu'elle avait froid
    Moi aussi j'ai une fée chez moi
    depuis mes étagères elle regarde en l'air
    la télévision en pensant que dehors c'est la guerre
    elle lit des périodiques divers
    et reste à la maison
    à la fenêtre, comptant les heures
    à la fenêtre, comptant les heures
    Moi aussi j'ai une fée chez moi
    et lorsqu'elle prend son déjeuner
    elle fait un bruit avec ses ailes
    et je sais bien qu'elle est déréglée
    mais je préfère l'embrasser ou la tenir entre mes doigts
    Moi aussi j'ai une fée chez moi
    qui voudrait voler mais ne le peut pas...

    

     Zaz. La fée.

     

    Vous aussi, vous avez sûrement une fée chez vous.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique