• 100_5203.JPG

    Eglise Saint-Maurice de Flaxieu.

     

    " Le dimanche matin, quand les villageois se rendaient à l'office, à Flaxieu, un mécréant se plaisait à passer devant l'église, un outil sur l'épaule. Ce n'était pas le courage qui le poussait, il agissait pour " emmerdâ " le curé.

    A l'entrée du village, se trouve un puits, surmonté d'une jolie statue en bois de la Vierge. Le mécréant se mit un jour à l'injurier, lui reprochant de le surveiller; et il enfonça les dents de sa fourche pour l'aveugler. La Vierge fit un mouvement pour éviter la fourche ... et depuis la statue est déhanchée. Elle est toujours visible à l'église.

    Le mécréant prit femme et eut trois enfants ... aveugles ".

     

    Massignieu de Rives

    Eglise de Massignieu-de-Rives.

     

    " Un goujat de Massignieu ( il n'y en a plus aujourd'hui ) avait parié d'aller embrasser la Vierge noire de l'église, sur les lèvres. Il fallut, pour concevoir un tel sacrilège, qu'il but ce jour-là plus que de coutume. Le drôle, titubant, entra dans le saint lieu, grimpa en grand danger sur l'autel, et se haussa à la hauteur du visage sombre de la statue. Alors, son hurlement résonna sous les voûtes et glaça de terreur ses compagnons qui le guettaient depuis le seuil. Le goujat dégringola de l'autel, on ne sait comment, et s'enfuit en proie à la plus folle terreur ... Pour le punir, la Vierge lui avait fait la grimace la plus horrible qui soit : c'est avec une tête de singe qu'elle tendit ses lèvres à l'ivrogne ".

     

    Tiré de " Le livre des mystères de l'Ain "  Roger Jay.


    6 commentaires
  • Pour tous les amoureux de légendes, découvrez aujourd'hui quelques petites histoires de ma région.

     

    Le géant Gargantua à Ceyzérieu.

     

    Marais de Lavours

    Aignoz ( Ceyzérieu ), Marais de Lavours.

     

    " Le géant avait demandé à une vieille femme de lui préparer à manger en faisant cuire le repas sur le fagot de bois qu'il apportait. Il fut tellement déçu par la maigre pitance préparée, qu'il reprit son fagot et s'en fut.

    Pendant sept ans, la brave femme put se chauffer avec les brindilles restées sur place ".

     

    Une autre légende de Gargantua ? C'est ICI

     

    Légende tirée de " Yon devint Artemare " de Michèle Blanc.

     

    La Givre d'Ambléon.

     

    Lac d'Ambléon

    Lac d'Ambléon.

     

    C'est une Vouivre qui " porte une escarboucle merveilleuse, en place d'yeux, qu'elle dépose sur la rive avant de boire; sans doute pour éviter qu'elle ne chute dans les eaux. La fortune est aveugle, dit depuis la tradition; celui qui s'empare de la pierre magique sera riche et préservé des maladies. Quelques audacieux ont échoué dans leur tentative, la fureur de la Givre les a déchiquetés. Un jeune belleysan y parvint cependant, puique la Givre a disparu, il devint assurément un seigneur du lieu ".

     

    Mazières.

     

    Hauteville ( Notre Dame de Mazières )

    Hauteville, Notre Dame de Mazières.

     

    " Au temps où régnait cette foi vive qui caractérisait les premiers siècles du Moyen-Âge, un jeune bûcheron de Hauteville était venu travailler à Mazières, lieu assez désert. Au premier coup de hache porté à un sapin, quel fut son effroi ! ... Du sang coulait de l'arbre et des gémissements en sortaient ! ... N'osant continuer son travail, il alla quérir des compagnons qui, s'enhardissant mutuellement les uns les autres, abattirent l'arbre, quoique le sang ne cessât de couler comme une fontaine et que les gémissements réveillassent les échos d'alentour. Puis, voilà qu'en présence des bûcherons agenouillés, une statue s'éleva radieuse du sapin couché sur le sol, et aussitôt, du même endroit, jaillit une source miraculeuse qui, depuis lors, n'a cessé de couler abondamment.

    Enlevée malgré sa résistance et ses petits cris, la statue fut transportée dans l'église de Hauteville; mais le lendemain, elle avait disparu et était retrouvée dans la forêt, indiquant par là sa volonté d'être honorée à Mazières; volonté qui fut immédiatement satisfaite, au milieu d'un concours de populations accourues de toutes parts ".

     

    Légendes tirées de " Le livre des mystères de l'Ain " de Roger Jay.


    5 commentaires
  • Qui ne connaît la légende de Saint-Martin et celle du

      pont de la Dangereuse ?

     

    Le Valromey, cependant, nous révèle bien d'autres légendes, moins connues mais toutes aussi savoureuses.

     

    La belle juive Halis de Vieu-en-Valromey.

     

    Vieu-en-Valromey ( église )

    Eglise de Vieu-en-Valromey.

     

    " Au fond de l'étage de la Maison Brillat-Savarin à Vieu, la chambre du maître donnait sur un petit réduit voûté, à fortes nervures en relief, qui avait servi, aux temps anciens, de prison où l'on enfermait jusqu'au jugement les ribaudes, sorcières ou délinquantes.

    Une jeune et jolie juive, nommée Halis, y fut recluse, comme sorcière, blasphématrice de la très sainte Vierge Marie, condamnée pour ses maléfices et sortilèges à être menée par le bourreau, pieds nus, en chemise, torche ardente à la main, faire amende honorable pour avoir servi et adoré le diable, à être pendue et étouffée, son corps brûlé et ses cendres jetées au vent. Quelqu'un épris par sa beauté, la fit évader.

    La belle Hallis fut reprise en Savoie et traînée, sanglante, hurlant de douleur, au carcan du " Pas de l'âne " limite des judirictions du Valromey et de la seigneurie de Grammont, où elle fut pendue avec une corde de chanvre, et ses cendres jetées au vent ".

     

    Roulet l'enchanteur.

     

    100_1650.JPG

    Vache et son veau dans le Valromey.

     

    " A Songieu, ce jeune homme faisait danser les vaches du troupeau du Curé Lancelot ave son violon. Le brave curé apeuré, le remercia bien vite, et Roulet s'en fut du côté de la ville. On n'entendit plus parler de lui dans le Valromey ".

     

    Le cas extraordinaire du 2 janvier 1833.

     

    Songieu

    Eglise de Songieu.

     

    " Ce cas étrange se produisit dans la maison de Claude Martinod, en présence d'une foule considérable. Les témoins et principalement les notables, en furent extrêmement étonnés.

    Françoise Adélaïde Millet enfant de l'hôpital de la Charité de Lyon, placée dans la famille Martinod, entendit pendant cinq mois, un grattement extraordinaire au pied de son lit. Grattement semblable à celui que pourraient produire des ongles de fer.

    Le curé Lancelot sceptique malgré les messes dites pour que le bruit cesse ( et pour lesquelles il avait refusé l'argent offert ) veut se rendre compte lui-même. Il vient une nuit dans la même chambre que l'enfant, couchée toute habillée sur son lit, et, en présence d'une foule de personnes saisies de frayeur, constate que le grattement se fait entendre. Il ordonne à l'être de cesser; aussitôt le bruit cesse. Il commande de gratter à nouveau, le grattement reparaît.

    La cause et le but d'un fait si surprenant sont encore à découvrir ... "

     

    Le Sarvant.

     

    Artemare ( entrée du village )

    Artemare, entrée du village.

     

    " A Artemare, il y avait le Sarvant, sorte de chat-huant, qui la nuit dans les greniers, brassait les noix, faisant croire qu'il entrechoquait les os de sa carcasse ".

     

    Légendes tirées de " Yon devint Artemare " de Michèle Blanc.


    5 commentaires
  • 100 4159

     

    Hier soir, visite du Diable, de la Sorcière et du Squelette. Une belle frayeur !!!


    2 commentaires
  • " Pourquoi petit hein ? On se le demande bien quand on voit certaines créations démesurées de l'homme ou de la nature ".

     

    Pour illustrer cette phrase, j'ai tout de suite pensé à Gargantua, héros de Rabelais, qui est passé dans notre région.

     

    Lac de Barterand

     

    Lac de Barterand

     

    Voir l'article  ICI.

     

    Le géant, mettant le pied droit sur le Grand Colombier

     

    Le Grand Colombier

     

    et le gauche sur la Dent du Chat qui domine le lac du Bourget et plus précisément l'abbaye de Hautecombe

     

    Dent du Chat

    Dent du Chat.

     

    Lac du Bourget

    Lac du Bourget.

     

    Abbaye d'Hautecombe

    Abbaye de Hautecombe.

     

    aurait bu l'eau du Rhône aux confins de la Savoie et du Dauphiné.


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique